Lieux d’internement par pays


Drancy

Drancy ville de la banlieue parisienne, elle fut frappé de plein fouet par l’occupation allemande et la collaboration avec les nazis. Le 14 juin 1940, La Cité de la Muette - le bâtiment en U et les tours - ainsi que certains terrains attenants sont réquisitionnés par l’armée allemande . de juillet 1940 à août 1941 la cité de la Muette sera le Frontstalag 111. internés civil britannique et canadien, puis prisonnier de guerre y sont enfermés. En 1941, ce camp deviendra un des plus grand camp de (...)

Châteaubriant Loire-Atlantique

Appellation officielle : (Frontstalag, été 1940 - 14 janvier 1941) Camp français d’internement Camp de surveillance de Choisel Chef du Camp : Leclercq, Louis (juin 1941) Moreau, Charles (juillet 1941) ouvert en mars 1941 dissout en mai 1942 Locaux et Bâtiments : 25 baraquements entourés d’une ceinture de fils de fer barbelés Capacité d’accueil : 1000 personnes Transferts 15/03/1941 : arrivée de 350 nomades venant de Moisdon-la-Rivière 15/04/1941 : arrivée des premiers internés (...)

Aincourt Val d’oise

Appellation officielle : camp d’internement administratif (ouvert avec l’autorisation des autorités allemandes) Centre de séjour surveillé Le centre d’Aincourt a ouvert le 05/10/1940 et a été fermé le 13/09/1942. Les locaux utilisés sont ceux d’un sanatorium désaffecté de la Forêt de la Bucaille. En janvier 1942 le chef de camp était M André. 1176 hommes sont passés par le camp Les internés du camp ont été transférés dans d autres camps d’internement. 04/12/1940 : départ de 101 internés pour la (...)

Fort de Penthiévre

Le fort de Penthièvre ( Saint Pierre Quiberon -56- ) est construit sous Louis XV, il domine la mer du haut d’un promontoire rocheux. C’est un point stratégique important :« Qui tient Penthiévre, tient la Presqu’ile de Quiberon » . Le fort subit plusieurs modifications et renforcement de 1800 à 1882 puis est transformé en camp de prisonnier pendant la guerre de 1914-1918. Le fort est classé monument historique le 23 juin 1933. Il passe sous la responsabilité de la marine, il est alors désaffecté. (...)

Les lieux de détention en Charente maritime

Les lieux de détention sont tout d’abord : ceux dont c’est la destination originelle : les prisons et maisons d’arrêt : 2 à Rochefort 1 à La Rochelle, 1 à Saintes, 1 à Jonzac, 1 à Royan et 1 à St Jean d’Angély Ensuite, ce sont des lieux qui s’y prêtent soit par leurs fortifications (et leur situation insulaire) : les citadelles des Iles de Ré et d’Oléron, Fort Liédot sur l’Ile d’Aix, soit par leur caractère militaire : les casernes 1 à Rochefort, 4 à La Rochelle, 2 à Saintes, (...)