DT 22 - L’inconnu de Plélo retrouve son identité


Jimmy Tual , secrétaire de la Délègation des Côtes-d’Armor et professeur d’histoire en collège a redonné son identité, à un fusillé inconnu

Suite à la rencontre avec Suzanne Goré qui lui parle de son père, Eugène Moulin, disparu depuis 1944, il reprends le dossier.

Le 21 mai 1944, « Bob », le pilote tchécoslovaque d’un Spitfire atteint par la DCA allemande se pose à la Sauvagère, à Laurenan et trouve refuge chez des sympathisants de la Résistance. Le 20 juin, il est pris en charge par un groupe de résistants qui l’emmènent jusqu’à la ferme de la famille Moulin, à Saint-Vran.

Le groupe de Résistants repart le lendemain après-midi. L’aviateur sera ensuite pris en charge par le maquis des Salles à Hénon, décimé le 9 juillet 1944, puis à Pommeret et est évacué par le Réseau Shelburn à Plouha dans la nuit du 12 au 13 juillet 1944.

Délation et arrestation

Eugène Moulin est dénoncé à l’Occupant. L’agriculteur est arrêté le 29 juin dans sa ferme par le SD de Saint-Brieuc tandis que son fils, Robert qui était en lien avec la Résistance, réussit à s’échapper. La ferme est brûlée. Eugène est emmené le jour-même au quartier allemand de la maison d’arrêt de Saint-Brieuc.

Sur les registres de la prison, 18 hommes dont Eugène sont indiqués comme étant transférés le 10 juillet 1944 à Rennes, partis à 6 h 30. Or, ce sont 17 corps qui sont enterrés le 10 juillet vers 8 h dans le bois de Malaunay à Ploumagoar. Le corps d’Eugène Moulin n’a jamais été retrouvé.

Cependant à la libération, son nom est inscrit sur le monument des fusillés de Malaunay

Retrouvé à Plélo

En 2015, Jimmy Tual se penche sur des documents des Archives départementales des Côtes-d’Armor concernant la commune de Plélo et trouve un dossier faisant état de la découverte du corps d’un homme inconnu, abattu d’une balle dans la tête et retrouvé peu après par un promeneur, le 9 juillet 1944. Fait rare, le dossier comporte une photographie du cadavre.

Identifiée 74 ans plus tard, cette dépouille mortelle retrouvée par un promeneur et photographiée à l’époque par les gendarmes, est bien celle d’Eugène Moulin.

Erreur de date
La fondation lance une requête auprès du procureur des Côtes-d’Armor. Parallèlement, la gendarmerie mène une enquête. Les éléments concordants sont nombreux : physiques, vestimentaires… « C’est la date inscrite sur le registre de la prison de Saint-Brieuc qui a induit tout le monde en erreur depuis 1944 ».

Enfin, en décembre 2017, la procédure aboutit à la reconnaissance de ce corps comme étant bien celui d’Eugène Moulin.

L’inconnu de Plélo n’est plus un inconnu et la famille Moulin peut enfin faire son deuil.

Avec ses élèves de 3e, Jimmy Tual s’est lancé dans une autre enquête, concernant cette fois « Bob », l’aviateur tchécoslovaque ; Robert Ossendorf de son vrai nom. En septembre un contact a été pris avec le petit-fils de celui-ci : « L’enquête continue ! »

voir aussi

Mis à jour : samedi 3 février 2018